Pourquoi le petit séminaire ?

29 mai

Le petit séminaire ou « SEM » pour les intimes aura vu passer durant quelques années de leur vie la plupart des invités locaux participant au mariage … Pour ma part ce fût de 1999 à 2006 et l’obtention de mon baccalauréat.

Si les murs de cette bâtisse pouvaient parler, ils auraient de multiples histoires à nous raconter sur la plupart des protagonistes de notre journée et sur bien d’autres encore. Le choix de ce lieu est hautement symbolique pour moi et la famille Vialat étant donné que Jacques, mon papa, y a enseigné la Physique et la Chimie à des générations de jeunes cantaliens durant quasiment toute sa carrière.

Que de grandes et belles amitiés se sont nouées entre ces murs, que de bons souvenirs, de rires, de larmes parfois, de jeux, de cris, de bons moments de camaraderie !! Chaque mètre carré de cette salle évoquera à coup sûr chez ceux qui l’ont arpentée de vieux souvenirs.

Voilà pour la partie nostalgique mais présentons un peu, à ceux qui l’ignorent l’histoire de cette bâtisse avec quelques dates tout d’abord :

1824 :Un internat est ouvert pour les élèves qui envisagent l’état ecclésiastique dans l’ancien couvent des Jacobins que vient d’acquérir Monseigneur de Salomon, Evêque de Saint-Flour.
1827 à 1832 : Saint Jean-Gabriel PERBOYRE, prêtre Lazariste, alors Supérieur dynamise professeurs et élèves. « Notre pensionnat commence à être florissant  » dit-il en 1829. Devenu missionnaire en Chine, il y meurt, martyr, le 11 septembre 1840. Il a été canonisé le 2 Juin 1996.
1844 : L’Abbé Torette achète la fabrique Chauliaguet, corps central de l’actuel bâtiment auquel sont adjoints deux pavillons. Le pensionnat s’y installe en Octobre 1845.
1850 :L’établissement prend le nom d’INSTITUTION DE LA PRÉSENTATION DE MARIE. 
1876 : L’Institution devient officiellement  «PETIT SEMINAIRE». Les abréviations sont déja en vogue, d’où  « Le Séminaire» puis le « SEM».

1906 : Inventaire des biens du Petit Séminaire, heureusement l’ensemble est alors propriété privée de l’abbé Cornet. Les cours peuvent continuer.
1914 – 1918 : La maison devient hôpital militaire, les élèves sont accueillis au Grand Séminaire.
1944 : La Gestapo réquisitionne l’Etablissement et l’occupe jusquà son départ de Saint-Flour.
1962 à 1975 : La PRESENTATION fusionne avec l’Ecole voisine tenue depuis 1632 par les religieuses de NOTRE-DAME et devient alors la «  PRÉSENTATION NOTRE-DAME »

Eh oui, un saint martyr a dirigé cet établissement mais qui était-il donc ?

Ce premier Supérieur du Petit Sem mourut torturé en Chine interdite, crucifié après maintes épreuves, sans jamais renier sa foi ni céder à la tentation de livrer d’autres missionnaires pour s’épargner de dures souffrances.

1912___chapelle_du_petit_sem2Résultat de recherche d'images pour "le petit seminaire saint flour"

Professeur de théologie dogmatique à Saint-Flour, il avait été nommé en septembre 1832 à la direction du noviciat des Lazaristes de Paris. Parti en Chine comme missionnaire en février 1835, après cinq mois de voyage, il arrivait à Macao et, après avoir appris le chinois, partait en mission au Honan, secteur très pauvre qui comptait de nombreux chrétiens. Alors qu’une certaine tolérance envers eux règne dans l’empire chinois, le vice roi décide brutalement une persécution. Notre jeune missionnaire est arrêté dans les locaux de la mission le 15 septembre 1839, puis traîné de tribunal en tribunal et subit les pires tortures avant d’être finalement condamné à mort et étranglé, attaché à un poteau en forme de croix, avec une corde qui lui serrera la gorge par trois fois. Le 11 septembre 1840, à l’âge de 38 ans. Peu de gens savent aujourd’hui qu’une grande croix lumineuse apparut alors dans le ciel et fut visible des lieux les plus éloignés. Ainsi imita-t-il le Christ jusque dans sa mort, après l’avoir imité tout au long de sa propre vie ! Béatifié par Léon XIII le 10 novembre 1889, il a été canonisé par Jean-Paul II le 2 juin 1996.

Qui l’a placé, là-haut, ce Petit-Séminaire,

Sur ce roc élevé, comme l’aigle sur son aire ?

Qui donc sur le granit posa ses fondements ?

C’est le Christ qui le fit pour braver les autans.

Ces quelques vers tirés de l’ouvrage publié par l’Association des Anciens Elèves de l’Institution de la Présentation, « Paroles d’Anciens Elèves », en 2004, révèlent, à travers les mots d’un ancien élève, toute la qualité de l’enseignement rhétorique au Petit Séminaire au milieu du XIXème siècle, qualité qui sera toujours la « marque de fabrique » de la Présentation, de sa solidité, de son intemporalité. Elle a su résister aux vicissitudes du temps, sous la direction de tant de bons pères… et même s’il ne reste maintenant que les classes de maternelle et primaire en ses murs, sa légende n’est pas prête de s’éteindre dans le coeur de ceux qui y ont pris part.

Pierre.

 

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Sf2018 |
FamilyDesire.com |
Le6aout2018 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mouez Ar Mor
| Ma belle vie
| Chronique d'une maman ...